• christian vago

Les pionniers. 40 ans plus tard. Eugene Evans

Dernière mise à jour : 29 déc. 2020

Morceaux choisis d’un énorme succès


Nous sommes en 1981. Celui qu’on surnommait The Computer Kid, était payé une fortune pour concevoir des jeux vidéo, chose peu commune pour l’époque!


Eugene Evans, c’est son nom, n’a alors que 16 ans. Pourtant il réussit à décrocher un emploi de concepteur de logiciels dans une entreprise de Liverpool et gagne plus de 75 000 dollars américains par année. C’est l’équivalent de la valeur de deux maisons de ville!


Fils d’un chauffeur de bus, Eugene gagne sept fois plus que son père. Bien qu’il soit en bonne voie pour devenir millionnaire, Whizz Kid, comme on le surnomme aussi, reste modeste par rapport à sa réussite.


Whizz Kid et Imagine Software


En 1982 il fonde Imagine Software à Liverpool, en Grande-Bretagne, avec cinq autres développeurs de jeux vidéo, dont trois anciens membres de Bug Byte Software.


Imagine se fait rapidement remarquer, surtout pour le style de vie très ostentatoire de ses employés qui accumulent les voitures de sport.


À son apogée Imagine Software emploie 103 personnes. L’entreprise de logiciels édite toute une série jeux pour les ordinateurs domestiques 8 bits, dont le Commodore Vic-20, le C64 et le ZX Spectrum. L’un des titres les plus connus est Stonkers, un des premiers jeux de stratégie en temps réel.


L’entreprise mise beaucoup sur l’image de personnalités comme Eugène Evans. Elle se distingue par ses publicités à gros budget, chose inhabituelle pour son temps, et par des jeux vidéo présentés dans des emballages particulièrement soignés. De ces points de vue, les fondateurs d’Imagine sont des précurseurs de ce qui allait devenir le marché du jeu informatique des décennies plus tard.


Malgré son succès la compagnie s’effondre deux ans après sa création, croulant sous d’importantes dettes et à cause d’une mauvaise gestion. La BBC y consacre même un documentaire en 1984.


Article complet sur https://tellhandel.blog/que-sont-ils-devenus-eugene-evans/

5 vues0 commentaire