top of page
  • Photo du rédacteurchristian vago

Apple et l'Apparition des Surhommes

Dernière mise à jour : 24 janv.

Histoire et techno. Marketing


40 ans déjà ! Pourquoi cette pub diffusée lors du Super Bowl de 1984 a-t-elle tant marqué les esprits ? Au milieu des années 80, le chef de fil dans le marché des ordinateurs personnels PC est le géant bleu IBM lequel développe des ordinateurs depuis les années 30 !


Le petit David technologique qu'est Apple qui produit son premier ordinateur en 1976 — l'Apple I — serti dans son désormais célèbre boîtier en bois et vendu $666,66 dollars, veut frapper un grand coup. Le message est fort : dans cette publicité une athlète détruit un écran géant sous les yeux d’une foule hypnotisée par un Big Brother sorti tout droit du livre "1984" de George Orwell et d'un monde tel que celui décrit dans le chef-d’œuvre de la Science-Fiction "L'Apparition des Surhommes" (de B.R. Bruss, aux éd. Rencontre, 1970).


Extrait :

"...je songeais avec mélancolie qu'à quelques centaines de mètres de là s'ouvraient les libres espaces; que des gens libres y circulaient sur les routes, pouvant aller où ils voulaient. Et une fois de plus, je m'étonnais que l'on pût ainsi séquestrer autant de gens sans que personne en eut le soupçon."

Apple, c’est l’outsider qui défie le géant, la couleur qui éclate dans un monde terne.

La métaphore est parfaite. C'est ce qu’Apple veut être : un souffle de rébellion et d’innovation qui s'inscrit en réalité dans un mouvement sociétal beaucoup plus profond, héritier d'un mouvement hippie désormais dilué dans les perspectives boursières de cette fin de XXè siècle où les boomers, après avoir fait une grosse fête à Woodstock et tenant alors (encore) les rênes du pouvoir, laissent à la génération X l'impression d'arriver quand la rigolade est finie.


L'uniformité administrative et moribonde de ces anciens hippies — désormais en cravates, à la tête des partis politiques comme des grosses corporations dont Xerox l'inventeur de la souris qui, persuadé que cette invention n'intéressera jamais personne, cède cette dernière à son stagiaire Steve Jobs — devaient trouver une réponse, et Apple se présente comme celle qui peut livrer la marchandise.





Aujourd'hui


Sans dire que l'Histoire se répète, elle n'en demeure pas moins un brin cyclique. Et alors que de nouveaux défis émergent et que l'attention — particulièrement depuis les fuites d'informations classifiées, et la fuite rocambolesque en Russie du lanceur d'alerte américain Edward Snowden — se porte sur l'utilisation faite de nos données personnelles par des agences gouvernementales quasi-omniscientes, hors de tout consentement, et l'utilisation très rentable par les GAFAM (Google Amazon Facebook Apple Microsoft) des habitudes technologiques des consommateurs que nous sommes, le système d'exploitation Linux devient pour plusieurs, en ces premières décennies du XXIème siècle, ce que Apple était dans les années 80, à ceci près que son image est moins lustrée et, dans l'imaginaire collectif, se rapporte davantage au darkweb et à une informatique de l'ombre, à l'abri des regards gouvernementaux, qu'à une vague lumineuse qui submergerait les tendances totalitaires de notre civilisation.


Dans un effort technologique et de communication, Apple tente alors, sous les projecteurs du succès, d'assurer ses utilisateurs, héritiers de 1984, que la — désormais méga — société technologique de Palo Alto continue d'être un rempart contre l'utilisation abusive des données de ses clients. Au programme, renforcement de la sécurité des données dans le nuage, protection avancée des données de navigation et des échanges sur iMessage sont au programme parmi plusieurs autres mesures que l'on peut trouver (ou pas) très convaincantes.


Et pour vous qui me lisez, quelle est votre perception de cette tranche d'Histoire? Dites-le-moi dans les commentaires!





Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page